manque de personnels dans la la restauration et l’hôtellerie. Jusqu’à «200.000 postes sont à pourvoir».

🔴🇫🇷À quelques mois des JO, Thierry Marx alerte sur le manque de personnels dans la la restauration et l’hôtellerie. Jusqu’à «200.000 postes sont à pourvoir».

Le président du syndicat patronal de l’Umih a annoncé ce lundi 1er avril qu’il «manque encore des collaborateurs» dans les restaurants et les hôtels à l’approche des Jeux olympiques de Paris cet été. « L’ensemble de la France est en manque. »

Il estime qu’environ « 200 000 emplois sont à pourvoir », notamment saisonniers, « sur l’ensemble de la France », a précisé le patron de l’organisation patronale du secteur.

«On sera en tension, même sur Paris. D’habitude, on est un peu moins en tension parce que le marché est un peu décroissant en juillet et août, c’est normal dans une ville comme Paris et d’autres grandes villes. Mais globalement pour la période des Jeux, il nous manque encore des personnels»

Le chef explique que les problèmes de recrutement sont liés par plusieurs facteurs, notamment par «le déclin de la démographie», «le problème de logements» pour les saisonniers ainsi que par «la taxation trop forte du travail» en France.

« On fait partie des professions qui ont augmenté les salaires à la sortie du Covid, 16%, ce n’est quand même pas rien. »

Le logement touristique est venu télescoper le logement saisonnier et aujourd’hui, il n’y en a plus [de logement saisonnier] ».

Il évoque même une «dérégulation du coût du travail» et une «uberisation» de sa profession, dans la mesure où de plus en plus de salariés «veulent être payés en brut plutôt que d’être liés à une entreprise».

Pendant le pic estival, près de 800 000 postes sont occupés par des saisonniers, selon l’Insee. Mais beaucoup de logements loués autrefois aux saisonniers ont disparu du marché, en raison de l’explosion des plateformes de locations comme Airbnb, et de nombreux travailleurs peinent désormais à se loger dans ces endroits prisés par les touristes et aux loyers élevés.

Partie 1: https://t.me/LaVeriteCensureeoff/29685?single

Via:
Lien 1 https://www.lefigaro.fr/societes/jusqu-a-200-000-postes-a-pourvoir-dans-la-restauration-et-l-hotellerie-thierry-marx-tire-la-sonnette-d-alarme-20240401
Lien 2 https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/restauration-hotellerie-sports-loisirs/penurie-de-main-d-uvre-dans-la-restauration-thierry-marx-pointe-un-probleme-structurel-lie-en-partie-au-mecanisme-du-cout-du-travail_6460799.html
Lien 3 https://twitter.com/franceinfo/status/1774706653780214104

🔴🇫🇷Les professionnels de l’hôtellerie parisiens, s’inquiètent de ne pas avoir beaucoup de réservations pour les JO.

Les prix continuent de baisser pour la période des Jeux olympiques, et les taux de réservation n’augmentent plus. Les professionnels s’inquiètent surtout pour juin et juillet, les JO ayant un effet d’éviction pour les clientèles estivales traditionnelles.

Ils avaient imaginé une année 2024 mirobolante ; elle sera bonne, mais pas meilleure que les deux précédentes. A trois mois du début des Jeux olympiques (JO) de Paris (26 juillet-11 août), les réservations stagnent, les conduisant à baisser leurs prix.

Le tarif moyen d’une chambre pendant cette période a diminué de 13 % par rapport à janvier, et même de 40 % si l’on compare avec octobre 2023, selon les chiffres de l’office du tourisme de Paris. Les prix restent néanmoins très élevés, à 452 euros la nuit en moyenne, toutes catégories confondues. C’est 2 fois plus qu’en juillet 2023.

Les hôtels sont loin d’être pleins. D’après le cabinet MKG, qui suit un panel de 280 hôtels parisiens, environ 64 % des chambres sont réservées pendant les semaines des Jeux. Un chiffre qui masque des disparités, entre des hôtels préréservés à 100 % par des institutions et d’autres encore presque vides.

Via:
https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/04/09/paris-2024-l-ete-ne-s-annonce-pas-si-mirobolant-pour-les-hoteliers-dans-la-capitale_6226881_3234.html

Les professionnels de l’hôtellerie parisiens, s’inquiètent de ne pas avoir beaucoup de réservations pour les JO.

Les prix continuent de baisser pour la période des Jeux olympiques, et les taux de réservation n’augmentent plus. Les professionnels s’inquiètent surtout pour juin et juillet, les JO ayant un effet d’éviction pour les clientèles estivales traditionnelles.

Ils avaient imaginé une année 2024 mirobolante ; elle sera bonne, mais pas meilleure que les 2 précédentes. A 3 mois du début des JO de Paris (26 juillet-11 août), les réservations stagnent, les conduisant à baisser leurs prix.

Le tarif moyen d’une chambre pendant cette période a diminué de 13 % par rapport à janvier, et même de 40 % si l’on compare avec octobre 2023, selon les chiffres de l’office du tourisme de Paris. Les prix restent néanmoins très élevés, à 452€ la nuit en moyenne, toutes catégories confondues. C’est 2 fois plus qu’en juillet 2023.

Les hôtels sont loin d’être pleins. D’après le cabinet MKG, qui suit un panel de 280 hôtels parisiens, environ 64 % des chambres sont réservées pendant les semaines des Jeux. Un chiffre qui masque des disparités, entre des hôtels préréservés à 100 % par des institutions et d’autres encore presque vides.

👉 A l’instar du tarif quadruplé du ticket de métro « pour ne pas qu’on le prenne dixit Pecresse », les hôteliers ont quadruplé leurs tarifs… 🤦‍♂️🤡😂

S’ils veulent remplir leurs chambres, ils n’ont qu’à mettre des tarifs raisonnables ! 🤡🤡🤡

Source https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/04/09/paris-2024-l-ete-ne-s-annonce-pas-si-mirobolant-pour-les-hoteliers-dans-la-capitale_6226881_3234.html

@leveil2022 🙏❤️

Laisser un commentaire