rien d’étonnant à ce que l’image de la femme libre soit réduite à un droit à l’IVG.

Dans une société soumise à l’idéologie réductionniste, matérialiste, sensualiste et dont le fondement est mécaniste, rien d’étonnant à ce que l’image de la femme libre soit réduite à un droit à l’IVG.
Il n’est plus question de la place sacrée de la femme dans la famille et de la beauté de donner la vie, de son lien avec son enfant qu’elle protège envers et contre tout avec le père.
La femme s’est perdue dans l’égalitarisme et la non discrimination.
L’enfant est devenu un poids, une tâche, une chose que l’on doit porter pendant 9 mois, une gêne.
Parce qu’il est d’abord un fœtus qui n’a pas pris sa première respiration, il est à la merci de tous.
Il n’en est pas moins un être vivant avec un cœur et une âme.
Mais s’en débarrasser n’est plus un drame puisque c’est un progrès.
Le sacrifice de l’être pur et innocent.

L’homme enceint se plaint de voir son monde complètement effacé par la puissance de la biologie :

« I took a pregnancy test, and it was positive. I’d been off testosterone for a while due to some health issues. It was like my whole world just stopped. That everything, all my manlihood that I’ve worked hard for, for so long, just completely felt like it was erased. »

Traduction :

« J’ai fait un test de grossesse et il était positif. J’avais arrêté la testostérone pendant un certain temps en raison de problèmes de santé. C’est comme si mon monde s’était arrêté. J’ai eu l’impression que tout, toute ma virilité pour laquelle j’avais travaillé dur pendant si longtemps, était complètement effacé ».

La biologie c’est le destin ma pote.

Après l’arroseur arrosé, la déconstruite déconstruit.

Euh non pardon, le déconstruit, déconstruite.

Je sais plus.

L’agenda arc-en-ciel est conçu pour nous désorienter, détruire la cellule familiale, point de départ de la dignité des peuples, et par voie de conséquence : de leur capacité de résistance.

Vous brisez la famille : vous fragmentez alors à l’extrême une société qui n’est plus capable de se défendre.

Ce n’est pas un hasard si notre chef suprême est le parangon de cette décomposition – le but est de faire ruisseler ce modèle mental. Toute pensée réactionnaire élémentairement genrée, réclamant le retour à une distinction simple du masculin et du féminin, va être systématiquement ringardisée, conspuée, brimée, et même, fascisée.

En dévirilisant la société, vous supprimez le dernier obstacle réel à la pléonexie, c’est-à-dire l’insatiable quête de pouvoir des entités orweliennes qui nous gouvernent et se font appeler « progressistes » pour abuser les faibles d’esprit et mobiliser leurs larbins zélés.

Pendant que nous sommes contraints d’investir une énergie gigantesque pour en débattre, et nous débattre hors de cette poisseuse décadence, que nous nous démenons pour préserver nos enfants de cette invasion du glauque qui métastase à tous les étages, eux avancent leur ignoble agenda.

Ils épuisent, ils assèchent, ils dépriment notre capacité de résistance.

Tous ces coups de canif dans la fierté élémentaire des peuples, que d’autres nations voient de loin comme une gangrène de pédophiles en rut et autre activistes de l’émasculation et de l’idéologie du genre infligée trop tôt à nos enfants fragilisés, diffuse le processus dit de « l’impuissance apprise ».

Un effet que tous les psychologues connaissent, que l’on peut induire chez n’importe quel être humain – a fortiori des populations – à force de les submerger dans une infobésité croissante d’agressions visant à saturer leur psyché, déstructurer, déconstruire leur vision du monde à coup d’injonctions contradictoires et de dissonances cognitives.

Le « carpet bombing » (tapis de bombes) orchestré par les médias corrompus, qui nous rince un peu plus chaque jour de notre identité, de notre énergie, de notre capacité d’intelligence collective, c’est une technique d’ #IngénierieSociale des plus basiques inventée par le pape de la « pensée positive » (ça ne s’invente pas), Martin Seligman – qui dans les années 70, en étudiant le contre-renforcement skinnérien, a fourni aux « spin doctor » du pouvoir la méthode pour user les peuples : les transformer en foules chaotiques, désorientées, et progressivement soumises par le mécanisme de la « résignation acquise ».

Elles ne sont ainsi plus capables de former une coalition, de trouver des point de convergence leur permettant de devenir une force logique contre la véritable prédation qui devrait les préoccuper.

Vous vivez cette accumulation d’actualités toutes plus débiles et moralement répugnantes les unes que les autres dans un constant état de sidération ?

  • C’est voulu.

On veut épuiser les mécanismes de défense de votre conscience vigile.

ProtegeonsNosEnfants

RT SVP :

Que les défenseurs de l’avortement industriel ne s’imaginent pas que nous allons les laisser faire croire aux Français que ce que porte une mère en son sein n’est qu’un amas de cellules, une excroissance, une tumeur ou une maladie que l’on peut faire retirer tranquillement par le médecin.

Que les défenseurs de l’avortement industriel, qui parfois s’aveuglent eux-mêmes à force de se mentir, sachent qu’il existe des preuves que ce que porte une mère en son sein est bel et bien un être humain, un corps en formation singulier, différencié du sien, et que ce corps en formation est une vie.

Les images de cette courte vidéo, accompagnées d’éléments pédagogiques en lien avec la réalité vitale de l’enfant à naître, sont tout ce que nous avons à montrer à ceux qui nient qu’une interruption volontaire de grossesse équivaut à interrompre volontairement une vie humaine en train d’évoluer.

Voyez ces images, voyez ces formes déjà humaines à quelques semaines seulement, voyez ce crâne, voyez ces yeux déjà en place, ces jambes, ces bras et voyez ces mouvements qui cherchent déjà l’espace autour de soi, qui prennent déjà conscience d’être quelque chose quelque part.

Et osez encore banaliser l’acte médical qui consiste à mettre fin à tout ceci.

(Pour les âmes sensibles, je vous rassure : il n’y a aucune image d’un avortement ou d’un bébé retiré du ventre de sa mère dans cette vidéo – je le précise car pour avoir déjà vu ce genre d’images, je connais leur caractère éprouvant et difficile).

Laisser un commentaire