Le traité de l’OMS sur les pandémies créera une structure totalitaire qui éliminera la souveraineté nationale,

🔴 Discours fulminant au Parlement européen :

⚠️ Le traité de l’#OMS sur les pandémies créera une structure totalitaire qui éliminera la souveraineté nationale, notre droit à l’autodétermination et le principe de participation démocratique

📍Philipp Kruse est l’un des avocats impliqués dans l’Initiative citoyenne demandant au Parlement européen de rejeter le nouveau Règlement sanitaire international modifié et le nouveau Traité de l’OMS sur les pandémies. Ces nouveaux instruments sont en cours de négociation et devraient être finalisés en mai 2024 et devraient apporter des changements majeurs qui nous concerneront tous. Mais, selon l’avocat suisse, le processus de ces négociations se déroule à huis clos et à un rythme très accéléré, elles ne sont ni rapportées ni discutées ni dans les journaux, ni dans les parlements nationaux, ni dans la société. 

« C’est inacceptable car ces deux instruments juridiques affecteront chacun de nous en réduisant notre droit à l’autodétermination, notre droit à la dignité humaine en général et en supprimant le principe fondamental de participation démocratique », prévient Philipp Kruse.

Voici un extrait pertinent de son discours au Parlement européen :

« Nous sommes tous préoccupés par la forte pression exercée par l’Organisation mondiale de la santé pour étendre ses pouvoirs, ses capacités structurelles et financières, avec des effets permanents sur la souveraineté des pays et sur l’autodétermination des peuples.

L’OMS va mettre en place une structure totalitaire classique et veut s’assurer que l’importance de nos constitutions nationales devienne nulle. Si nous examinons attentivement ce Règlement sanitaire international, nous y trouverons cinq éléments qui montrent très clairement que :

  1. Il existe déjà un mécanisme de auto pouvoir mais il sera élargi à un niveau terrible. Il sera beaucoup plus simple qu’aujourd’hui pour une seule personne, le directeur général, de déclarer une urgence sanitaire de portée internationale. Il lui suffira juste de le dire dans un micro ;
  2. Tout ce que l’OMS publiera sous le titre de recommandations deviendra contraignant. De nombreux fonctionnaires affirment qu’il s’agit en fait de recommandations, mais ce n’est pas vrai. Elles deviendront contraignantes ;
  3. Dans un tel régime, où une personne déclare une urgence sanitaire et a tout le pouvoir de faire des recommandations, qui sont juridiquement contraignantes, nous ne pouvons même pas parler de droits de l’homme fondamentaux. Qu’ils soient toujours supprimés de l’article 3 ou qu’ils y soient réintroduits, cela ne changera rien au résultat. Il n’y aura pas de protection efficace des droits de l’homme fondamentaux au niveau national ;
  4. Dans ces deux instruments – le traité sur les pandémies et le règlement sanitaire modifié – nous avons des dispositions qui indiquent clairement que l’OMS sera la seule institution sur la planète qui sera autorisée à définir la vérité en matière de santé, y compris la censure.
  5. Il n’y aura aucun mécanisme de correction, aucun mécanisme de contrôle à l’égard de l’OMS, pour corriger toute mauvaise recommandation ou [pour annuler] la fausse déclaration d’urgence sanitaire de portée internationale.

Tout cela n’est pas dans l’intérêt de notre santé, mais dans l’intérêt de ces sponsors qui définissent la véritable stratégie derrière ces mécanismes.

Nous n’avons pas besoin d’une connaissance approfondie du droit pour arriver à ces conclusions, à savoir qu’ils affecteront sérieusement et réduiront au minimum la structure classique de nos Constitutions. Il n’y aura pas de séparation des pouvoirs, pas de système de freins et contrepoids. Le principe de l’État de droit [suprématie du droit] sera annulé et remplacé par la suprématie de l’urgence. Nous n’aurons plus de droits.

Nous avons vu que ce message n’a pas atteint le public. Pratiquement aucun débat n’a eu lieu dans aucun parlement, à quelques 🔽

➡️ Suite

📍Vidéo : Philipp Kruse speech https://youtu.be/07gX9IFqNRM?feature=shared
rares exceptions près. Je mentionne une exception : Andrew Bridgen, membre du Parlement britannique, qui a tenu à évoquer ce sujet.

Beaucoup de gens ont dormi dans le passé. Mais si ces gens comprenaient ce qui les attend dans le futur, ils seraient horrifiés et n’accepteraient certainement pas cette structure de pouvoir permanente de l’OMS, de GAVI et de la Commission européenne. Continuons à informer nos citoyens. 

📍Vidéo : WHO Pandemic treaty danger https://youtu.be/kCoFLhDKlA4?feature=shared

Via thread de Péonia https://twitter.com/CalliFanciulla/status/1759632635658158490?t=odwZoquSAPA7SVRyP_1kMw&s=19

OMS: les “traités pandémies” seront votés fin mai
Contrôle de la population, santé numérique, business pandémique: des « plans de lutte » qui menacent la démocratie. https://www.covidhub.ch/oms-traites-pandemies-seront-votes-fin-mai/. S’abonner à notre newsletter. Soutenir Covidhub

La plainte déposée par l’avocat zurichois Philipp Kruse contre l’agence suisse de surveillance des médicaments est un modèle du genre, décrivant ce qui a été vécu hélas dans tous nos pays. Il est plus que temps que justice se fasse ! Émission des 8 et 9 avril 2024. Via https://twitter.com/MichelJeanDomi1/status/1777238089531896182?t=C6WFhLVBbKjEYxsQsmZN9A&s=19

Laisser un commentaire