Crise dans les hôpitaux : 150 décès en un mois « faute de soins », une hécatombe silencieuse.

🔴🇫🇷Crise dans les hôpitaux : 150 décès en un mois « faute de soins », une hécatombe silencieuse.

Ils sont des dizaines et des dizaines à mourir sur un brancard, dans un couloir isolé, ou dans un conteneur en sous-sol. On compte près de 150 décès en un mois «faute de soins» aux urgences dans notre pays.

Il date de décembre 2022. Les données de 2023 partiellement disponibles le confirment.
« La vérité, c’est que quand il y a des morts, on ne fait pas remonter », confesse des soignants esseulés. Tel est le résultat d’un système de santé sabordé par six ans de néolibéralisme, incarné par la suppression de 21 000 lits d’hôpitaux en cinq ans.

En septembre, Bertrand est mort à son domicile, en Dordogne, 3 jours pas être sorti de l’hôpital en raison d’un infarctus. Lucia Communaud a décidé de porter plainte contre X, estimant des manquements concernant la prise en charge de son mari.

Disparue après s’être rendue aux urgences d’Aix-en-Provence le vendredi 23 février, Joëlle, 85 ans, a été retrouvée morte 2 jours plus tard dans un conteneur à ordures du centre hospitalier. Sa fille a porté plainte et une enquête a été ouverte par le parquet.

Le 15 février, aux urgences de l’hôpital d’Eaubonne dans le Val-d’Oise, une femme 66 ans a perdu la vie après avoir attendu 10 heures sans être prise en charge médicalement.

Dans la nuit du 30 septembre au 1ᵉʳ octobre 2023, Lucas Mannina décéda aux urgences de l’hôpital d’Hyères, dans le Var. La raison ? Avoir passé 7 heures dans un brancard, livré à lui-même et souffrant d’une septicémie.
Le 12 décembre, 5 membres de la famille de Lucas déposaient plainte auprès du tribunal judiciaire de Toulon pour « homicide involontaire » contre l’hôpital d’Hyères.

Achata Yahaya, 79 ans, est morte dans la zone d’attente couchée des urgences de l’Hôpital de Jossigny (Seine-et-Marne). Elle est morte d’une détresse respiratoire, jugée pourtant « prioritaire ». Près de 2 heures plus tard, sans pris en charge, il était trop tard.

Via
Lien 1 https://www.ladepeche.fr/2024/03/04/cetait-un-cauchemar-son-mari-meurt-trois-jours-apres-avoir-ete-renvoye-de-lhopital-suite-a-un-infarctus-elle-porte-plainte-11804023.php
Lien 2 https://linsoumission.fr/2024/03/04/150-morts-hopital-craque/

Laisser un commentaire