Tous les « vaccinés » anticovid sont invités à porter plainte pour tromperie sur les codages génétiques injectés

Tous les « vaccinés » anticovid sont invités à porter plainte pour tromperie sur les codages génétiques injectés
Tous les vaccinés ont été trompés. N’importe quelle personne s’estimant trompée par cette campagne de “vaccination” anti-Covid-19 peut déposer cette plainte. Il n’est pas nécessaire de justifier d’un quelconque effet secondaire.
https://www.profession-gendarme.com/wp-content/uploads/2023/12/document-Plainte-1.pdf?utm_source=substack&utm_medium=email

Ce n’est pas parce qu’il a été décrété que l’on ne pouvait pas poursuivre Pfizer, que les personnes victimes d’effets secondaires ne doivent pas porter plainte, c’est un Droit absolu de le faire , car ce produit génique nucléaire ARNm OGM, appelé  » vaccin » , alors étant classé dans la liste de médicament expérimental en essai clinique (ayant des effets secondaires inconnus), a été imposé, sans vraiment expliquer les risques à venir, que prenait les personnes en donnant leur consentement sans aucun éclairage.

Tous les « vaccinés » anticovid sont invités à porter plainte pour tromperie sur les codages génétiques injectés https://lettrelnplv.substack.com/p/tous-les-vaccines-anticovid-sont

Trois ans déjà !

Ce qui précède évoque un fait qui constitue une preuve irréfutable du complot criminel, toujours en cours, visant les enfants (avant et après leur naissance).

Il y a juste trois ans, le 5 février 2021, la Société Française de Pédiatrie, suivie par la Haute Autorité de Santé, autorisait l’ injection de doses adultes d’un poison expérimental sur des enfants très fragiles pour prévenir une maladie non pédiatrique.

Trois ans plus tard, contrairement à ce qui s’est fait pour toutes les autres tranches d’âge et pour les 5/11 ans empoisonnés avec les doses pédiatriques du poison, pour ces 30000 petits cobayes français, sacrifiés par Christèle Gras-Le Guen et ses complices, l’ANSM n’a publié aucun rapport de pharmacovigilance.

Les questions posées, publiquement, par Martine Wonner à Véran, le 3 janvier 2022, et par Laurence Muller-Bronn à Fischer, le 24 mai 2022, sont toujours sans réponse.

https://docs.google.com/document/d/1MeDpPuB4-TuMxeHUnV6JagIn_Mt6t2qwAOWc1uXiorg/edit?usp=drivesdk

Laisser un commentaire