la vie en société n’a plus la même saveur ni la même insouciance qu’avant le covid.

Je ne sais pas vous mais pour moi, la vie en société n’a plus la même saveur ni la même insouciance qu’avant le covid. J’ai découvert que les hommes pouvait se transformer en monstres. Je n’ai plus la même confiance, la même simplicité de relations que je pouvais avoir avec certains. Je les vois comme des êtres au mieux décevants, faibles, conformistes, au pire comme des êtres potentiellement dangereux, sous le vernis bisounours de nos relations.
Leurs attitude globale, soit de haine (certaines phrases entendues raisonnent encore dans ma tête), soit de menace, soit de silence, soit de justification (il fallait bien pour sortir de la crise) me laisse encore aujourd’hui un goût amer. Nous avions juste refusé le jeu social de l’injection d’ARNm. Le corps social dans son entier nous en a voulu et était prêt à nous faire disparaitre, nous exterminer dans un élan hystérique archaïque. Et que l’on ne vienne pas me dire que j’exagère ou que c’était-pas-pareil, pas d’amalgame et autre niaiserie. Si, c’était les mêmes ressorts que ceux qui ont permis d’en arriver aux exterminations du XXème siècle et rien que d’y penser, là, çà me serre le cœur, me donne envie de pleurer. A la base, toujours le même processus : la désignation de l’ennemi, du coupable, ici les non vacx. Je crois que je ne m’en remettrai JAMAIS. Heureusement que de belles personnes ont surgit de-ci, de-là. Merci à elles. Mais que faire, comment continuer à cohabiter en continuant à faire semblant, en se forçant à « banaliser », en croisant des gens qui n’auraient pas hésité à nous dénoncer et nous envoyer à la mort en d’autres temps ? Mes congénères me font peur. Rien ne sera plus jamais comme avant pour moi.

Via https://twitter.com/Annette_LEXA/status/1748056242507993226?t=HhUhhOj4kfwhwUVb85WXcw&s=19

Laisser un commentaire