plafonner le courant consommé par les citoyens à 3 kVA

Le régime politique français a décidé de se préparer à plafonner le courant consommé par les citoyens à 3 kVA (environ 3 kW auxquels doit être pris en compte le déphasage).

La mesure s’appliquera en modifiant à distance les paramètres du compteur « intelligent » (appelé « Linky » en France) en bridant à 3 kVA la consommation maximale. En cas de dépassement, le courant sera entièrement coupé. Il peut être réenclenché manuellement par une personne présente, ou bien il est censé être réenclenché automatiquement lorsque le fournisseur d’électricité aura fini de s’amuser.

Puisque c’est un jeu très amusant, des « tests » seront réalisés dans les semaines et mois à venir, durant lesquels les citoyens verront leur alimentation électrique bridée à 3 kVA, certains jours de semaine entre 6h30 et 13h30 et entre 17h30 et 20h30, c’est-à-dire dans les heures les plus gourmandes en électricité (démarrage du chauffage le matin et le soir, cuisine etc). Ces tests n’excéderaient pas deux heures successives.

Tout le monde ne sera pas concerné par les tests, les gens seront tirés au sort et seront prévenus à l’avance par courrier, mais aucune garantie ne sera attendue pour vérifier s’ils ont bien reçu l’avertissement. De plus, il sera possible aux heureux gagnants de refuser de participer à ce jeu, car ils seront réputés d’accord par défaut. Bonne chance à ces contestataires !

Les gagnants, dont l’alimentation électrique aura été réellement bridée, auront la chance de recevoir 10 €, s’il s’agit de leur résidence principale.
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000048..

Évidemment ce test, qu’il est théoriquement possible de refuser, précède l’éventuelle obligation sans avertissement, si le donneur d’ordre a trouvé cela très amusant.

Pour un pays pauvre en pleine décroissance générale, c’est une mesure plus intelligente que celle de couper le courant à des régions entières.

C’est plutôt « étonnant » que le régime se réveille soudainement sur cette question. La polémique de décembre 2022 sur les menaces de coupures de courant était tombée dans l’oubli car il n’y avait eu aucune difficulté (pas plus en 2023) malgré l’état des réacteurs nucléaires mal entretenus, pour certains définitivement sabotés (Fessenheim), et l’absence de nouvelles constructions depuis plusieurs décennies, nécessaires et logiques pour accompagner une croissance démographique prévisible, une croissance économique souhaitée et une croissance attendue de la consommation.

La population est contrainte d’abandonner le fioul et le gaz pour le chauffage, qui permettait précisément d’alléger la charge sur le réseau électrique, surtout en évitant les pics de consommation. Elle est poussée à abandonner l’essence et le gasoil en faveur de la voiture électrique. Dans le même temps, la production d’électricité est au mieux stagnante, et en réalité réduite. C’est la politique la plus destructive qu’on peut mettre en place pour l’équilibre du réseau. On le sait depuis un siècle dans le monde entier, puisque c’est la base de l’équilibre électrique.

Puisque le problème de la fin 2022 est censé être réglé, avec la remise en service des centrales en panne, et que nous sommes censés construire de nouvelles centrales, la mesure présente prouve que le régime politique s’attend plutôt à poursuivre la décroissance générale en gérant les pénuries prévues, plutôt que de relancer la croissance pour au minimum donner de quoi alimenter en électricité les besoins actuels, et prévoir le développement du pays.

Tout cela n’étonnera que les naïfs.

Laisser un commentaire