Expulsé de son logement il y a plus d’un an, un agent de conduite tient debout grâce à son emploi à la RATP

🔴🇫🇷Expulsé de son logement il y a plus d’un an, un agent de conduite tient debout grâce à son emploi à la RATP. Hors de ses heures de service, il s’ingénie à passer inaperçu. J’essaie de ne pas paraître ce que je suis ».

Que ce fut sur les lignes 602 ou 603 entre la gare du Raincy et Corot, ou actuellement sur la 114 reliant Villemomble au château de Vincennes, la conduite nécessite du tact et de la tenue. « J’essaie d’avoir le sourire commercial et le freinage souple. Je suis responsable des gens qui montent dans mon bus, mais aussi du vélo que je croise, de la voiture derrière ou du passant qui traverse. Au volant, on doit regarder partout, toujours dans l’anticipation. Mes yeux sont comme des girouettes. ».

Conducteur de bus le jour, l’agent est sans domicile fixe la nuit. « Je suis un SDF actif ».

Expulsé de son chez-lui « juste avant la trêve hivernale » par un huissier secondé de la police le 20 octobre 2022, il a passé ces 14 derniers mois à peaufiner ses stratégies pour devenir personne dès la fin de son service. Et ça marche.

Il sait comment faire avec le grand froid grâce à ses acquis de son service militaire.

Patrick Harnais va manger un mini-plat « à base de légumes » chez le traiteur asiatique, puis attend dans un bar PMU « à 2,50 euros le café », le regard souvent posé sur son téléphone « pour continuer à se cultiver ».

Passé minuit, il rejoint son « 3 mètres carrés » qu’il gare ensuite dans un coin d’un parking sécurisé. Une fois qu’il est installé et vu par personne, il dort quelques heures, avant l’arrivée des conducteurs matinaux.

Le bilan de Macron : 9,1 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en France

Via:
https://www.humanite.fr/social-et-economie/acces-au-logement/je-suis-un-sdf-actif-patrick-conducteur-de-bus-dort-tous-les-soirs-dans-sa-voiture

🔴🇫🇷 Jusqu’à ces derniers mois, cet homme droit au parcours professionnel sinueux (bachelier scientifique à 16 ans et demi, apprenti prothésiste dentaire, puis fabricant de prothèses oculaires et thanatopracteur avant d’entrer chez Transdev) n’avait jamais connu la galère.

Débiteur jusqu’au cou et dans l’attente du sort réservé à son dossier de surendettement, le conducteur a bien tenté de trouver de l’aide. « C’est votre problème, j’en ai rien à foutre », lui a rétorqué son supérieur direct chez Transdev.

L’assistante sociale de l’entreprise l’a aidé à présenter une demande de logement à Action Logement (ex-1 % Logement). Puis, une autre. Mais, faute de jugement sur son surendettement, les refus s’accumulent.

Dans les premiers temps, le SDF a bien sollicité le 115 pour une place en logement d’urgence. Mais la Péniche du cœur s’apparente pour lui à un coupe-gorge et la chambre en hôtel social était déjà habitée « d’insectes avec des pattes longues comme ça ». « Je préfère dormir dans ma voiture. Parfois, un copain me dépanne avec un lit d’appoint et un duvet. Il a connu la même chose. »

https://www.humanite.fr/social-et-economie/acces-au-logement/je-suis-un-sdf-actif-patrick-conducteur-de-bus-dort-tous-les-soirs-dans-sa-voiture

Laisser un commentaire