Pourquoi les vaccinations de masse prolongent et rendent les épidémies plus meurtrières

Pourquoi les vaccinations de masse prolongent et rendent les épidémies plus meurtrières ? En ayant une situation où vous vaccinez tout le monde, un mutant résistant au vaccin obtient en fait un avantage sélectif. C’est l’une des caractéristiques distinctes des injections COVID, elles ne sont pas conçues pour bloquer l’infection. Au lieu de contribuer à la construction de l’immunité, elles retardent considérablement l’établissement naturel de cette immunité. Voici une vidéo très intéressante dans laquelle vous pouvez voir les résultats de l’évolution. Elle pourrait vous aider à comprendre plus clairement ce que de nombreux scientifiques expliquent sur les variantes (comme par exemple Geert Vanden Bossche, https://t.me/vivrecorrectement/3384, https://t.me/vivrecorrectement/3780, https://t.me/vivrecorrectement/4273) et comment les inoculations ont augmenté la persistance des variantes qui échappent aux réponses immunitaires des personnes inoculées… (Liens post suivant)

Essentiellement, ils ont fait croître la bactérie E.coli dans un milieu de culture contenant de la gélose et de l’encre de Chine. Les bactéries sont normalement cultivées dans des boîtes de Pétri (environ 9 cm de diamètre) avec du milieu de culture et de la gélose, mais dans ce cas, ils ont utilisé une immense plaque de 60×120 cm. Ils ont fait des divisions (comme des « voies ») et le milieu qu’ils ont mis dans chaque voie contenait des antibiotiques à différentes concentrations, étant plus basses aux extrémités et plus élevées au centre. Ils ont planté E.coli aux extrémités et ont laissé passer le temps. Ils ont ajouté de l’encre de Chine pour créer un contraste afin que les colonies bactériennes soient plus facilement visibles.

Dans la vidéo, vous pouvez voir comment les colonies bactériennes prolifèrent, mais lorsqu’elles atteignent la barrière de l’antibiotique le plus concentré, elles ne peuvent plus continuer. Mais… puisqu’il y a « beaucoup » (des millions) de bactéries qui sont là après un jour et demi de croissance dans cet espace, et lorsqu’elles se sont copiées, il y a eu des erreurs qui ont généré des mutations dans leur génome. Parmi tous ces mutants, il y en avait un qui présentait une mutation leur permettant de résister à la forte concentration de l’antibiotique. Ainsi, les bactéries peuvent désormais commencer à se développer là où les autres ne pourraient pas le faire. Petit à petit, elles remplient le nouvel espace jusqu’à atteindre le prochain défi, une plus grande concentration. Et ainsi de suite… L’évolution en action ! Il a fallu 12 jours pour atteindre la concentration qui aurait éliminé toute la population bactérienne initiale. C’est rapide parce que la boîte de Petri permet la présence de nombreuses bactéries, il est donc plus probable que parmi toutes il y ait une mutation qui lui donne cet avantage dans un environnement défavorable aux autres, https://www.youtube.com/watch?v=plVk4NVIUh8 (vous pouvez avancer rapidement jusqu’à la 44ème seconde de la vidéo si vous voulez juste voir la croissance bactérienne). Si vous souhaitez lire l’étude, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5534434

Alors, imaginez que les bactéries représentent des virions du SRAS-CoV-2. Que les voies du bout sont des virions chez des gens qui n’ont rien reçu. Lorsqu’ils arrivent dans la deuxième voie, ils rencontrent désormais des personnes qui ont reçu un type de vaccin (le vaccin monovalent de Pfizer, par exemple, mais il s’applique aussi à Moderna, AstraZeneca, Janssen, Cansino et Spoutnik). Au début, c’est difficile pour eux, mais il y en aura, parmi les millions de mutants (variants), qui pourront échapper aux anticorps générés par la personne inoculée. Et ils se reproduisent et fabriquent des millions de copies. Voie suivante, une nouvelle inoculation, maintenant contre BA4.5 ou autre. Et la même chose se produit. Ainsi, jusqu’à la fin des temps, AUSSI LONGTEMPS QUE PERDURE CETTE SCHIZOPHRÉNIE PAR INJECTION.

OUI MAIS CELA N’ARRIVE-T-IL PAS DE LA MÊME MANIÈRE AVEC L’IMMUNITÉ QUE NOUS GÉNÉRONS NATURELLEMENT ? NON, parce qu’elle est large, et pas seulement contre une petite partie du virus, comme c’est le cas avec ces inoculations. Et les virions ne peuvent pas se permettre d’accumuler des mutations dans tous leurs gènes… À bon entendeur ! Prenez soin de vous.

Laisser un commentaire