L’influence du patron de médias qui enchaînent les dîners avec Ciotti et Macron

🔴🇫🇷L’influence du patron de médias qui enchaînent les dîners avec Ciotti et Macron. Depuis 2022, Vincent Bolloré fait de la politique. Il milite pour une alliance entre droite et extrême droite pour 2027, reçoit les ténors de LR, décline ses obsessions dans ses médias, et vient d’être reçu par Emmanuel Macron.

Après dix années consacrées à bâtir un empire dans les médias et l’édition, l’homme d’affaires(Vincent Bolloré) qui rêvait de peser sur l’élection présidentielle et échange désormais avec Emmanuel Macron accentue son influence sur le champ politique, en nouveau marionnettiste de la droite et de l’extrême droite.

Devant ses visiteurs, Vincent Bolloré (CNews, C8, E1, JDD), imagine tout haut la répartition des rôles pour 2027 entre la droite et l’extrême droite : «Le RN s’occupera de régler le problème de l’immigration et vous [LR] tiendrez l’économie», c’est l’alliance auquel rêverait Vincent Bolloré, dont il est le parrain.

On apprend également que Vincent Bolloré est en contact régulier avec Philippe de Villiers.

Via:
https://www.lemonde.fr/politique/article/2023/12/20/vincent-bollore-parrain-d-une-alliance-entre-droite-et-extreme-droite_6206950_823448.html?lmd_medium=al&lmd_campaign=envoye-par-appli&lmd_creation=ios&lmd_source=twitter

🔴🇫🇷Depuis que l’actualité est rythmée par les chaînes info elles-mêmes dominées par le récit du «grand remplacement», les faits divers sont présentés comme des événements qui prouvent ce que l’idéologie proclame. Par le philosophe Michaël Fœssel

Dans le monde du commentaire infini, il n’y a plus rien d’accidentel, tout est saturé de sens. Le fait divers n’a plus l’attrait de la diversion, mais celui de la confirmation : «On vous l’avait bien dit !» est le refrain qui accompagne les drames sur les plateaux du groupe Bolloré et ailleurs.

Les «faits divers» ne sont pas des «faits». Leur réalité est en fonction des discours journalistiques qui, plus que de les relater, les façonnent.

La fameuse formule de Nietzsche selon laquelle «il n’y a pas de faits, il n’y a que des interprétations !» s’applique parfaitement aux faits divers. Ils n’existent que dans leur narration : leur récit est construit autour du sens dont un crime ou un délit est censé être l’expression dramatique.

Via:
https://www.liberation.fr/idees-et-debats/opinions/les-faits-dhiver-par-michael-foessel-20231220_CIF6DQHEJNBXJPE4X4JOCME6FM/?utm_medium=Social&xtor=CS7-51-&utm_source=Twitter#Echobox=1703099249

Laisser un commentaire