Après les piscines, le fisc s’attaque aux vérandas et abris de jardin

Après les piscines, le fisc s’attaque aux vérandas et abris de jardin

Si la traque des piscines non déclarées a déjà rapporté un petit pactole à l’État, le fisc s’occupe en parallèle des constructions habitables fermées.

Grâce à l’intelligence artificielle (IA), l’État mène la traque aux
piscines non déclarées depuis quatre ans déjà, d’abord par phase de tests et depuis deux ans plus régulièrement dans des départements où les constructions de bassins sont nombreuses. Une traque qui a déjà rapporté un petit pactole l’année dernière : pas moins de dix millions d’euros, entre la taxe d’aménagement et les sommes dues rétroactivement. Et c’est loin d’être terminé, car avec « seulement » 20.000 piscines détectées l’année passée, les autorités estiment qu’il y en a quatre à cinq fois plus non déclarées. Gain potentiel : 50 à 60 millions d’euros !

Lire la suite ? 
lien

https://www.capital.fr/immobilier/apres-les-piscines-le-fisc-sattaque-aux-verandas-et-abris-de-jardin-1466905

Laisser un commentaire